Journal de bord du combat de Cassie, atteinte d'une leucémie aigüe lymphoblastique

Archives de novembre, 2010

CASSIE A 6 ANS …


A peine eu le temps de réaliser que ma puce avait 5 ans que le 15 novembre dernier, nous fêtions ses 6 ans .


Je n’ai pas vu passer cette nouvelle année.

J’ai parfois l’impression de vivre deux vies en parallèle : une, dite "officielle", sans la maladie où tout va bien dans le meilleur des mondes (hum hum) et une autre, à part, en dehors de toute notion de temps et d’espace, avec la maladie en fond d’écran.

A voir ma puce si belle et rayonnante, on a dû mal à imaginer l’épreuve qu’elle traverse depuis 30 mois.
Son anniversaire a également marqué le passage de la date des 2 ans 1/2 de combat.
Nous avons fêté ce moment important en famille, mais aussi à l’école.

Pour la 1ère fois depuis 2008, j’ai profité de l’anniversaire de ma puce et une émotion positive m’a envahi lorsqu’elle a soufflé ses bougies.

Cassie souhaitait un appareil photo pour ses 6 ans.
Nous vous laissons constater par vous-même le talent de notre miss.
C’est une vraie petite pro pour faire ses montages photos ! Il n’y a pas à dire..notre puce grandit.



Et, qui dit grandir, dit "perdre ses dents de lait "…Et, c’est peu dire….

Cassou les perd deux par deux…
La petite souris ne chôme pas, croyez-nous !! Entre elle et sa soeur, c’est la crise financière pour cette pauvre petite bête ..
Et bonjour l’inflation en 20 ans ….mdrrr..
Vive la petite souris 2010 ..Complètement dépassée la petite souris, version années 70.



Bon, il est temps que je retourne à mes projets…Et oui, je planche actuellement sur l’organisation d’une belle fête d’anniversaire pour Cassie et Eléa, avec tous leurs petits camarades d’école et amis. Un rattrapage version XXL des anniversaires "râtés" depuis 2008.
Mais chuuuut, c’est une surprise….

Patricia

Publicités

UN SILENCE NECESSAIRE

Me revoilà.
Après une absence de plusieurs semaines.
Une absence guidée par les évènements de septembre auxquels je n’ai pas résisté.
Antonin a été le départ de trop.
Trop injuste, trop dur. Inacceptable.

Depuis le 15 mai 2008, nous nous battons aux côtés de notre petite puce contre cette saleté de cancer qu’est la leucémie.
Notre parcours depuis ce jour a été jalonné de moments forts qu’ils soient malheureux ou heureux.
Et puis, le 29 septembre dernier, ce fût le cataclysme. Vous vous battez pour la survie de votre enfant et vous vous prenez en plein visage l’échec de la médecine.
Bien sûr que vous voulez y croire ! Il n’est aucunement question d’abandonner le combat mais comment ne pas être touché, meurtri par la douleur qui vous entoure.
On en revient toujours au même : il faut être égoïste. Ne pas regarder autour de soi. Se concentrer sur son seul enfant et ne pas projeter son histoire sur celles que vivent les autres familles touchées par le même mal.
Oui, facile à dire…difficile à faire.

Les premiers temps de la maladie, il est simple de vivre dans sa bulle.
Vous ne connaissez personne dans ce nouvel univers qu’est la leucémie.

Et puis, le temps faisant (et avec le traitement qui dure plus de 2 ans, vous en avez du temps, croyez-moi !), vous vous rapprochez des familles qui vivent le même drame.
Vous les côtoyez, vous apprenez à connaître leurs enfants. Et vous vous attachez.
On vous met en garde mais que faire ? Vous vous sentez tellement seul et incompris par une société qui vit cachée derrière son petit doigt que très vite, ces "étrangers" n’en sont plus.
Il sont comme vous.
Ils ont touché du doigt ce qui donne, à la vie, son inestimable valeur : la mort.

Alors, au fil des mois, vous encaissez les départs, car il y en a …des guérisons aussi…sûrement, mais vous ne les voyez pas.
Le temps du traitement, vous occultez dans un coin de votre cerveau ceux qui sont partis car votre besoin d’énergie est tel pour affronter le traitement que votre esprit ne laisse pas de place à "autre chose".
Vous êtes "le nez dans le guidon". Droit devant.
Et puis, la fin du traitement arrive. Et là, les évènements prennent une autre dimension.

On vous rend votre enfant "traité" et on vous dit "Ne pensez plus à la maladie, on va se revoir pendant 2 ans 1/2 encore car elle n’est pas guérie mais vous faites comme si, mais oui, clairement, à tout moment, la rechute peut survenir".


C’est clair, net, précis. Certes, on ne peut pas le dire autrement puisque c’est la stricte vérité.
Mais, que faire ? On fait semblant que tout va bien ? On donne le change pour rassurer tout le monde ?

Alors, on se ressaisit.

Mais, une fois de plus, c’est l’arbre qui cache la forêt.
Le souvenir de tous ceux qui ont perdu leur combat contre la maladie vous envahit, occupe votre esprit.

Et arrive le 29 septembre dernier.
Ne dit-on pas qu’il faut toucher le fond de la piscine pour mieux remonter à la surface ?

Envie de respirer un "air pur, sain".

Envie de vie.
Envie de vivre ou plutôt, de revivre.

Pour y parvenir, nous avons décidé de "décrocher" de la leucémie. Et un contact moins assidu et fréquent sur notre blog est nécessaire.
Arrêter le blog : impossible, inconcevable. Mais une présence "à doses homéopathiques", oui.
Nous allons donc conserver ce rythme "allégé".
Le dicton "pas de nouvelles, bonnes nouvelles" sera notre mot d’ordre.

En attendant, quelques nouvelles de notre puce  :

Depuis la reprise de l’école, la motivation de Cassie pour rattraper son retard scolaire ne faiblit pas.
Elle est motivée comme jamais et commence même à nous lire quelques mots. Nous ne sommes qu’en novembre ! Nous sommes si fières d’elle.
A la voir courir et sauter dans la cour d’école, ses cheveux longs au vent, on a dû mal à imaginer ce par quoi elle est passée. Et pourtant.
Chaque week-end, chaque jour férié est un moment dédié à la vie de notre famille.
Les projets ne manquent pas et il n’est pas rare que la reprise de l’école le lundi soit difficile suite à un week-end peu reposant mais qu’importe, nous VIVONS, nous PROFITONS.
Nous sommes gourmand de vie. De très grands gourmands .

Et puis lundi prochain, 15 novembre, Cassie fêtera ses 6 ans .
Nous allons fêter cela comme il se doit. Promis, nous vous mettrons des photos.


En attendant, nous vous mettons quelques photos de notre grand week-end avec Elisa et sa petite famille, le 1er novembre dernier.
Trois jours très sympa où nous avons profité de nos enfants et où l’évocation de nos souvenirs de l’IHOP a baigné nos journées et soirées. Ces moments forts, malheureux et heureux feront à jamais partie de la vie de nos deux familles et les évoquer a été une façon de les affronter pour mieux avancer.

  

 

Halloween à la tour de Crest …Houuuuuuuu

 
Elles sont belles nos combattantes

Des veillées et des réveils "rythmées" :))

  

 
Elisa, Cassie, Eléa et mon "bébé soleil" Eden


Petit déjeuner en mode "famille nombreuse" :)))

Prenez soin de vous.

A très vite.

Patricia & co.

%d blogueurs aiment cette page :