Journal de bord du combat de Cassie, atteinte d'une leucémie aigüe lymphoblastique

Archives de octobre, 2011

TOUT N’EST QU’ILLUSION

Le printemps et l’été sont des saisons propices aux pensées positives. La chaleur, le soleil, les vacances contribuent à vous plonger dans cet état second que j’aime appeler le bonheur léger.

Cassie a traversé ces deux saisons avec simplicité. Bonne humeur, douleurs physiques en sommeil, mine dorée, énergie décuplée…

En bref, une petite fille de bientôt 7 ans, naturelle et spontanée.

Et puis, octobre est arrivé. Et là, patatra…

En une matinée, toutes les peurs enfouies au plus profond de mon être et que je pensais même « apprivoisées » et maîtrisées, ont resurgi et m’ont littéralement enseveli.

Cassie a déclaré une fièvre inexpliquée pendant 3 jours qu’aucun traitement n’arrivait à faire baisser en-dessous des 39.5. Le ballet médecin-hôpital-prise de sang a alors débuté.

Au final, cet épisode s’est avéré, sous toutes réserves, viral mais il a suffit à ébranler cette légèreté d’esprit dans laquelle je m’étais tranquillement installée depuis plusieurs mois.

Sur l’instant, je n’ai pas réagi. Je me suis inlassablement répétée  « tout va bien, no panic « .

Mais le revers de l’instant vécu ne s’est pas fait attendre.

Est-ce la saison tristounette qui s’annonce, la fatigue de la rentrée, le souvenir de ceux partis trop tôt…je ne sais pas, je ne sais plus…Je constate seulement que, cette peur, que je croyais avoir sincèrement canalisée, a tout envahi en moins de temps qu’il n’en faut pour la chasser. Et depuis, je lutte pour, à nouveau, l’apprivoiser.

Mais que ce moment est douloureux à revivre. Je suis lasse de passer mon temps à être dans le combat physique et mental.

Cassie a pourtant surmonté ce mauvais passage sans trop de séquelles si ce n’est une forte fatigue qui perdure mais je n’arrive pas  à me raisonner.

La trouille m’envahit….je n’aime pas être dans cet état car oui, je suis positive pour la suite mais je suis humaine aussi.

Je sature de devoir toujours renvoyer l’image d’une maman, d’une famille où tout ne peut qu’aller bien puisque le traitement est terminé.

Cette satanée maladie vous vole cette innocence qui est de croire que la vie sera toujours belle.

Je sais, ma famille sait à quel point la vie peut être cruelle et injuste.

Etre réaliste sur ce point ne veut pas dire que je ne crois pas en la guérison de mon enfant.

Je ne rêve que de cela ! mais je sais aussi que tout peut basculer du jour au lendemain. J’ai vécu les derniers 6 mois avec beaucoup de légèreté et j’ai adoré ce moment.

Mais la fièvre de Cassie m’a ramené à la réalité. Rien n’est perdu mais rien n’est gagné non plus. Il faut vivre avec cette peur au ventre…

La vie est clairement une illusion. Je m’en accommode très bien en temps normal mais là, mes repères ont été chambourlés.

D’ici quelques jours, je vais retrouver la force d’avancer, comme si de rien n’était.

Mais faire comme si rien ne s’était passé, non merci. Je me refuse à agir comme si cette maladie était un long fleuve tranquille..Je ne m’apitoies pas non plus, je ne fais que constater la complexité des sentiments humains et le moral en yoyo qui accompagne ce combat de tous les jours.

%d blogueurs aiment cette page :