Journal de bord du combat de Cassie, atteinte d'une leucémie aigüe lymphoblastique

Archives de janvier, 2012

2 0 1 2

 

Chaque début d’année depuis 2008, je m’efforce de trouver les mots justes pour vous adresser mes meilleurs voeux.

Un texte m’était revenu à l’esprit pour cette nouvelle année qui résumait bien ma vision de la vie. Je me préparais à le publier et puis, la nouvelle est tombée :

Vendredi 6 janvier – 17h – Mahée ne souffre plus. Mahée nous a quitté.

Coeur au bord des lèvres, jambes coupées, souffle court, poitrine qui serre.

Je savais que ce moment que je redoutais tant arriverait mais je l’espérais le plus tardif possible.

Mais une fois de plus, la réalité s’est imposée et n’a laissé aucune chance à l’espoir, au miracle.

Je le sais pourtant, je souffre assez de cette situation depuis 2008 mais je me rends compte qu’une part de mon être espérait que, cette fois, les choses seraient différentes.

Mais il n’en a rien été. Le cancer a emporté Mahée.

En 42 mois de combat, j’ai trop dit aurevoir, j’ai trop assisté, démunie, à la douleur des familles amputées d’une part d’elle-même.

Que dire, que faire ? je me sens impuissante. Mon coeur a mal.

Je regarde ma fille et j’espère.

Oui, l’espoir, c’est tout ce qu’il me reste depuis ce 15 mai 2008…

Je veux croire que l’histoire peut finir autrement. Que le combat peut être victorieux. Mon coeur de maman saigne mais je me plais à croire que tous nos petits anges de l’IHOP qui ont traversé nos vies protègent désormais Cassie et que leur combat continue à travers le nôtre.

J’avance avec tous ces petits dans ma tête…J’aime les appeler affectueusement mes petits fantômes  car , oui, ils me hantent. Comment pourrait-il en être autrement. Il faut le vivre pour comprendre ce que ressentent ceux qui poursuivent le combat face à ceux qui l’ont perdu. On se dit pourquoi eux ? qu’est-ce qui fait que certains perdent leur combat et d’autres le gagnent ?

Mais par respect pour tous ces enfants partis trop tôt et leurs familles, nous n’avons pas le droit de baisser les bras.

Au jour d’aujourd’hui, le combat continue pour Cassie, pour notre famille et je me raccroche à cela.

Rien n’est gagné, rien n’est perdu. Le temps nous apportera la réponse.

Peu importe les chiffres de cette nouvelle année, je vous souhaite juste d’en apprécier, encore plus, chaque instant auprès de ceux que vous aimez.

NB : «  »Petite fleur », envoies la force à Papa et Maman ainsi qu’à toute ta famille d’affronter la douleur de ton absence..Bisous papillon petite princesse..Tu resteras à jamais gravé en notre coeur et notre mémoire « 

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :