Journal de bord du combat de Cassie, atteinte d'une leucémie aigüe lymphoblastique

Archives de décembre, 2012

ET 2012 SE TERMINE DOUCEMENT …

Combien de fois ai-je commencé un nouvel article tout au long de ces mois de silence. Je ne compte plus. Les mots ne venaient pas, ne venaient plus. Impossible d’écrire. Et pourtant, mes pensées allaient vers vous. L’envie de vous donner des nouvelles et en même temps, une incapacité totale à m’exprimer. La page blanche quoi.

Alors, les jours, les semaines, les mois se sont lentement écoulés. Au point de voir se succéder les saisons.Ces fameuses saisons au rythme desquelles je mesure le temps qui nous éloigne du mal et nous rapproche de …. Oui, là est la question qui me ronge depuis des mois..Vers quoi allons-nous ? le meilleur ? Le pire ?

Ma précaire zénitude a été mise à rude épreuve au printemps dernier. Tout s’annonçait sous les meilleurs auspices : des résultats stables pour Cassie, une petite fille qui reprenait enfin pied moralement..Bref, le bonheur quoi. Et puis, patatras, du jour au lendemain, la chute libre. Un retour à la réalité, brutal, violent.

Un nouveau combat qui se présente. Un adversaire différent de celui que je côtoie depuis bientôt 4  ans 1/2. Un adversaire rencontré 13 ans plus tôt mais qui semblait avoir pris ses quartiers d’été depuis si longtemps que j’en avais presque oublié sa perversité et son côté sournois. Mais surtout et encore, la douleur de voir un être cher pris dans les griffes d’un mal contre lequel on est totalement impuissant.

Cet être cher à mon coeur, c’est mon papa. Mon héros, mon roc. Celui qui m’a appris que dans la Vie, rien n’est gagné mais rien n’est perdu non plus. Que la Vie est une lutte constante mais que cela en vaut la peine.

Mais quelle lutte inégale. 13 ans qu’un Parkinson précoce est entré dans sa vie. 13 ans de combat acharné pour ne rien lâcher à cette cochonnerie de maladie dégénérative, , à se battre comme un lion pour ne pas laisser 1 cm à ce mal qui grignote chaque jour un peu plus son autonomie, son indépendance, son moral.

Peut-être étais- je trop concentrée sur Cassie et son combat, me refusant à ouvrir les yeux sur ce combat parallèle que je percevais mais qui était trop dur à « voir », à gérer. Je me rends compte aujourd’hui que ma famille m’a protégé et que, « lâchement », je me suis satisfaite de ce semblant de calme, de « pause », pour n’affronter qu’un problème à la fois.

Mais c’était le calme avant la tempête. Et quelle tempête. Famille soudée nous sommes, famille soudée nous sommes restés. Nous avons fait front. Tous ensemble. Et puis, comme après toute tempête, le calme est revenu. Mais rien n’est plus pareil. La maladie est là..aucun moyen d’y échapper. Je pensais naïvement que l’enfer sur terre, nous l’avions approché avec Cassie et que nous étions en train de nous en éloigner.

Sauf que l’enfer peut revêtir milles visages. Et qu’il n’en existe pas un mais bien plusieurs. Ils ne sont pas comparables mais aucun n’est préférable à l’autre, croyez-moi. J’admire mes parents et le courage qui les anime.

Alors, depuis ce printemps chaotique, j’avance au côté des miens. Je me remplis de tous les petits bonheurs que nous offre le quotidien. Je vivais déjà l’instant présent avec intensité. Mais comme quoi, on peut toujours mieux faire. :). La preuve aujourd’hui où un nouveau palier a été franchi.

IMG_0061

L’été et l’automne 2012 ont été dédiés à l’amitié, aux vacances en famille, aux plaisirs simples.

IMG_0059

Les châteaux de la Loire, le Puy du fou (un pur bonheur), la Touraine (un merci tout particulier à nos tourangeaux préférés sans qui rien n’aurait été possible),  Lyon, son parc, ses monuments et spécialités culinaires ( je connais des bourguignons et des drômois qui ont particulièrement apprécié la cuisine traditionnelle lyonnaise ), Paris et ses musées et monuments (spéciale dédicace à l’AMPC) …20121201-011606.jpgNous n’avons rien épargné à nos filles.:). Le rythme est soutenu mais elles en redemandent. Encore et encore. Toujours partantes, sac sur le dos et casquette vissée sur la tête.IMG_0062

Et puis, il y a quelques jours, nous avons fêté les 8 ans de miss Cassie. ❤

Beaucoup d’émotions. Il y a 4 ans 1/2, je ne m’autorisais même pas à y penser..Et pourtant, les faits sont là …et bien là.

Cassie grandit à l’image des autres petites filles de 8 ans. Plus rien ne la distingue des autres enfants. Plus rien sauf peut-être ce sourire si particulier qui la caractérise et que régulièrement, on me fait remarquer. Ce sourire qu’elle adresse à qui le veut, pour tout, pour rien..Sans retenue. Avec générosité. Je ne m’en lasse pas.20121201-011705.jpg

Plus que quelques semaines et ce sera Noël et les vacances en famille. J’ai hâte. Mes filles me manquent. J’ai déjà plein de projets en tête. Boulimique de Vie ? Je crois que l’on peut dire ça :). :). Mais c’est une maladie que je souhaite à tout le monde.

A très vite pour des nouvelles.

%d blogueurs aiment cette page :